MICHELIN CrossClimate : le test en conditions réelles

Deux jours après l’annonce de la naissance du CrossClimate, Michelin nous a conviés pour un test en conditions réelles à côté de Genève : route sèche, route mouillée, neige, verglas, montées et descentes, tout était prévu pour le confronter aux aléas de la météo.

 

Le premier pneu été, paré aussi pour l’hiver… non, ce n’est pas un « 4 saisons »

 

michelin crossclimate poséInvités par Michelin pour la présentation du nouveau pneu CrossClimate, nous nous sommes rendus près de Genève.

Là, Monsieur Bibendum avait mis les petits plats dans les grands pour lancer sa nouvelle innovation qui risque bien de redessiner le monde du pneumatique.

En début de semaine nous avions suivi en direct sa présentation par le PDG de Michelin lui-même dans un show millimétré, faisant la promotion de ce pneu révolutionnaire capable de traverser les caprices de la météo sans les contraintes d’un pneu dit « toutes saisons ».

Il s’agit en effet du premier pneu été avec la certification officielle hiver (3PMSF, logo montagne+flocon de neige).

Sur le papier, Michelin nous avait annoncé un pneu quasiment aussi performant qu’un Energy Saver + (l’une des références sur le marché des pneus été), avec une consommation notée « C » (échelle allant de A à G), une adhérence notée « A » (la meilleure note possible). Mais surtout, le Michelin CrossClimate serait doté de la certification 3PMSF qui en fait un équipement spécialement paré pour la neige.

N’étant pas du genre à prendre des vessies pour des lanternes, vous vous doutez bien que cette annonce avait piqué notre curiosité et c’est donc logiquement que nous avons répondu présents à l’invitation de Michelin à venir tester leur nouveau bébé. Et bien… croyez-en notre expérience, ce pneu-là vaut le détour.

 

 

Le test en conditions réelles

Après une petite piqûre de rappel de la part du staff Michelin vantant une nouvelle fois les bienfaits de ce pneu, histoire de bien marteler qu’il ne s’agit pas d’un All-seasons mais bien d’une enveloppe performante en été MAIS aussi en hiver, nous avons été invités à nous faire notre propre opinion sur le sujet.

1h30 dans la nature avec une Peugeot 308 flambant neuve (200km au compteur), un véhicule plutôt classique qui permet de se faire une idée de ce que va ressentir le conducteur « lambda » dès le mois de Mai prochain, date des premières livraisons.

 

montée de divonne les bains avec panneau pneu neige obligatoire

Idéalement situé près de Genève, Divonne-les-Bains nous a permis de commencer notre test grandeur nature sur route sèche avec une température supérieure à 10°. La conduite en agglomération et départementale nous donne déjà une bonne impression puisque les 4 pneus adhèrent très bien sur les ronds-points, freinent plutôt fort et ne sont pas particulièrement bruyants.

L’intérêt de cette charmante bourgade est bien entendu de pouvoir très rapidement prendre de l’altitude et de pouvoir tester le CrossClimate en conditions plus hivernales. Et pour le coup nous n’avons pas été déçus, puisqu’au fur et à mesure de notre ascension vers le col de la faucille perché à 1325m d’altitude, nous avons vu le paysage devenir de plus en plus blanc, la route se charger en neige fraiche et en verglas et la température baisser jusqu’a -4°. Nous n’en demandions pas tant !!

peugeot 308 dans la neige

Les chutes de neige la nuit précédente avaient laissé une belle couche de neige toute fraîche de 10/15 cm de hauteur.. alors forcément, on ne s’est pas fait prier pour mettre à l’épreuve le CrossClimate.

 

Et le résultat est tout simplement bluffant..

Nous n’avons pas réussi à le mettre en défaut, que ce soit sur la neige fraiche non tassée, sur un mélange de neige et de glace ou sur route déneigée mais bien humide. C’était impressionnant de se sentir en confiance comme cela avec un pneu « été ».

L’adhérence en virages serrés, la traction en montée, le freinage progressif et l’impression de ne pas glisser pour s’arrêter nous ont vraiment convaincus.

Même lors de la redescente vers la vallée sur route bien humide mélangée avec de la neige fondue et la température en augmentation, nous nous sommes sentis en sécurité et la trajectoire de la voiture est restée précise et sans surprise.

 

Comparatif

test du crossclimate dans un rondpoint

Une fois de retour au centre de test éphémère installé par Michelin, nous avons eu la possibilité de mettre le Michelin CrossClimate face aux autres pneus référents du marché, à savoir en pneu été le Michelin EnergySaver+, en hiver le Michelin Alpin5 mais aussi le réferent du moment en « toutes saisons », le GoodYear Vector4Seasons :

  • Freinage d’urgence sur sol sec à 55km/h,
  • Adhérence en virage sur sol mouillé (entre 30 et 40km/h)
  • Montée sur neige en départ arrêté.

Nous l’avons comparé face au GoodYear Vector 4seasons sur le premier test de freinage sur sol sec. La différence est flagrante : le CrossClimate freine plus court que le Vector4S, pas d’impression de déraper (en plus de l’ABS) avec le CrossClimate contrairement au Goodyear. Sur la tenue de route en virage (autour d’un rond-point) sur sol détrempé, là aussi le CrossClimate s’en sort bien mieux quand le Vector4S a plus facilement tendance à décrocher et laisser filer l’avant puis l’arrière du véhicule.

test du crossclimate en montée sur neige

Sur le test de la montée sur neige en départ arrêté, les deux pneumatiques ont évidemment permis au véhicule de se hisser en haut de la pente, mais encore une fois le CrossClimate s’en sort une nouvelle fois mieux avec une réelle impression de facilité puisque le pneu tracte tout de suite et permet de prendre progressivement de la vitesse, ce qui n’est pas le cas avec le Vector4S qui dérape davantage et permet d’avancer sans pour autant transmettre de traction au véhicule pour prendre de la vitesse.

L’impression générale

Vous l’aurez compris : aussi difficile à croire que cela puisse paraitre, ce nouveau pneu Michelin CrossClimate tient toutes ses promesses et nous a réellement conquis.

La seule interrogation qui reste en suspens à l’issu de ce test en conditions réelles est la durée de vie du pneu et la manière dont ce nouveau mélange de gomme révolutionnaire va vieillir dans le temps après quelques alternances de très fortes chaleurs et de périodes plus froides.

Seul le temps nous le dira.

  28 commentaires pour “MICHELIN CrossClimate : le test en conditions réelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *